à l'Assemblée

Interventions à l'Assemblée Parlementaires du Conseil de l'Europe

Vous trouverez ci-dessous mes interventions lors de la dernière session à l'Assemblée Parlementaire du Conseil de l'Europe.

Déclaration de politique générale du gouvernement

J’ai assisté au discours de politique générale du premier ministre, un grand moment de communication ! Un calendrier enfin clairement défini, mais aucune piste de financement des dépenses nouvelles.


Les prélèvements obligatoires culminent à un taux historique de 45,3% de PIB, nettement supérieur à la moyenne de la zone euro. La CSG a connu une hausse sans précédent, et les taxes sur le carburant ont explosé.


Le 24 avril dernier, le président de la République a fait de grandes annonces, sans pistes sérieuses de financement pour l’instant. Comment le gouvernement entend-t-il traiter les priorités de notre pays ? Comment réduire le déficit des caisses de retraites, de la Sécurité Sociale, du commerce extérieur ? Comment compte-t-il répondre à la crise sociétale que traverse la France et aux difficultés des territoires en matière de santé, de sécurité, de services publics ?


Si je m’étais abstenue lors de la première déclaration de politique générale du premier ministre, j’ai cette fois-ci clairement voté contre pour toutes les questions que j’ai énumérées, et qui restent sans réponse.

Intervention sur LCP

J'ai été invitée à participer à l'émission "Questions d'actualité" sur LCP avant la déclaration de politique générale prononcée par Edouard Philippe devant l'Assemblée Nationale. J'ai expliqué pourquoi il m'est impossible d'accorder ma confiance et de cautionner les deux premières années du mandat de la majorité.

 

Intervention en commission des Finances

 

Je suis intervenue en commission des finances lors de la discussion de la proposition de loi présentée par Éric WOERTH, qui vise à rétablir le pouvoir d’achat des français. Les débats m’ont permis de mettre en lumière les incohérences de la majorité à l’Assemblée Nationale. En effet, le Président de la République a repris les deux mesures phares de cette proposition pour les intégrer à son projet de loi de finances : la ré-indexation des petites retraites sur l’inflation à partir de 2020, et la baisse de l’impôt sur les revenus pour les classes moyennes. Les Députés de la majorité vont donc devoir défendre demain les mesures qu’ils ont rejetées en bloc hier !     

Nos propositions sont nécessaires, elles sont cohérentes par rapport aux annonces du Président de la République, et surtout, elles sont justes.

Plus d'articles...